Comment en finir avec la peau sèche ?

peau sèche rêche noire foncée

Si au niveau du visage, les peaux foncées, en milieu tempéré, ont une tendance naturelle à être de nature mixte à grasse, on constate que, paradoxalement, la peau du corps est relativement sèche.  Comment cela s’explique-t-il et, surtout, comment soigner cette sécheresse cutanée pour retrouver une peau souple et douce ?

Caractéristiques d’une peau sèche.

Visuellement la peau sèche est rêche et rugueuse notamment au niveau des jambes, mais aussi sur la partie haute du corps.  Elle présente une desquamation irrégulière pouvant aller jusqu’à une hyperkératose qui lui confère un aspect terne, grisâtre voire écaillé.  Elle est généralement sensible au froid (tendance aux gerçures) ou à la sécheresse de l’air ambiant (tiraillement, démangeaisons), elle est également sujette à la déshydratation (voir plus bas) et à un vieillissement cutané prématuré (ride, perte d’élasticité).  Elle est particulièrement fragile.

Les origines biologiques.

Globalement, une peau sèche est une peau qui manque de lipides, au cœur de la peau mais aussi en surface.  Une peau sèche est caractérisée par une déficience chronique de la qualité du ciment intercellulaire du derme et de l’épiderme : céramides (50 %), stérols (25 %), acides gras libres (omégas) et lipides complexes.  En surface de la couche cornée, le sébum sécrété par les glandes sébacées (triglycérides et cires) s’écoule pour former un film protecteur (composante du film hydrolipidique) qui assouplit la peau, freine l’évaporation et possède une action bactéricide.

Spécificités des peaux foncées.

Génétiquement, les peaux foncées présentent plusieurs spécificités qui peuvent entraîner un phénomène de sécheresse cutanée.  Les laboratoires In’oya expliquent pourquoi.

  • Un faible taux de céramides : Cette faiblesse est due notamment à l’augmentation de la céramidase : enzyme spécifique de la dégradation des céramides.
  • Un nombre réduit de glandes sébacées. Les peaux noires ont généralement une pilosité corporelle moindre que les peaux caucasiennes (sauf sur les zones à pilosité hormonodépendante: moustache, menton, aisselles, pubis…).   Or, les glandes pilo-sébacées sont directement annexées au poil.  Moins de poils égal moins de sébum.
  • Les peaux foncées ont sont denses (elles présentent une forte cohésion des cellules et une quantité de protéines plus élevée ) et présentent une faible activité de la sérine protéase (enzyme  responsable du processus de desquamation) ce qui entraîne une peau épaisse et rugueuse.

Quand la dénutrition amplifie la déshydratation.

Un manque de nutrition (ciment intercellulaire, film hydrolipidique de surface) entraîne inéluctablement des pertes insensibles en eau (PIE) plus importantes.  En effet, les lipides, hydrophobes, repoussent en quelque sorte l’eau vers l’intérieur de la peau et l’empêchent de s’évaporer.

Le phénomène de sécheresse cutanée est donc intimement lié au taux d’hydratation de la peau.  Attention, il ne faut toutefois pas confondre une peau sèche (manque de lipides) et une peau déshydratée (manque d’eau).  Ce sont deux problématiques biologiquement très différentes même si, visuellement et au niveau du ressenti, elles se ressemblent.

Toutefois, en ce qui concerne l’hydratation, les peaux noires ont la même capacité d’hydratation que les peaux caucasiennes mais elles sont juste moins bien adaptées à un climat sec (Europe, Amérique du Nord).  Elles ont une prédisposition génétique à évoluer dans un milieu à fort taux d’hygrométrie allant jusque 100% d’humidité et sont naturellement mieux adaptées à un climat tropical  (comme aux Antilles ou en Afrique subsaharienne).

Entretien des peaux sèches. 

  • Exfolier en douceur. S’il faut retirer les cellules mortes qui ternissent la peau et la rendent rêche, il ne faut pas pour autant retirer tout le sébum de la surface de la peau.   L’idéal est donc d’effectuer de manière hebdomadaire un gommage doux (loofah végétal ou cosmétique) sur une peau sèche ou humide afin de retirer l’ensemble des cellules mortes.  >>> Résultat : une peau douce, lisse, prête à absorber efficacement les cosmétiques.
  • Nourrir de l’extérieur. Au quotidien – et obligatoirement après une exfoliation ! – appliquez sur les zones sèches une base végétale nourrissante issue d’une pharmacopée africaine traditionnelle riches en acides gras: beurre (karité, avocat, cacao…) ou huile (moringa, mongongo, dattier du désert, argan…).  N’oubliez pas de compléter votre routine de soin avec un produit hydratant qui apportera à votre peau toute l’eau nécessaire (glycérine végétale, aloe vera…).  >>> Résultat : une peau souple, satinée, éclatante de beauté.
  • Soigner de l’intérieur. Un régime inadapté, une alimentation carencée en vitamine A, en oligo-éléments et en acides gras essentiels sont également néfastes à la qualité de la peau. Au-delà des soins quotidiens, l’alimentation joue donc en effet un rôle majeur dans l’équilibre cutané.  Misez sur les huiles végétales, les fruits secs, les poissons gras…  >>> Résultat : une peau saine, forte, rééquilibrée.

 

(c) Visuel Biolisime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s