Massage africain (1/4): l’Afrique Noire a-t-elle une culture du spa?

massage africain african massage

(c) Tribal – Bernard Cassière

Suédois, californien, lomi-lomi, shiatsu…  Tous les continents fournissent une gamme variée de massages.  Grand absent : le continent Africain, et plus particulièrement, l’Afrique sub-saharienne.  En effet, comme nous l’indiquions dans notre précédent article, si le Nord de l’Afrique jouit d’une forte tradition liée hammam, l’Afrique Noire, elle, n’a pas de réelle culture du spa.

Le défi de la transmission orale à l’aune de la mondialisation.

Les rituels de beauté existent pourtant bel et bien. Nos articles vous le prouvent chaque semaine.  Et si, en termes de création de lien social entre les femmes,  on pourrait faire un parallèle entre la pratique du tressage et le hammam, la pratique du massage – massage bien-être tel que nous l’entendons- y est davantage une pratique relevant du toucher, du peau-à-peau maternel, du rite initiatique ou du contact thérapeutique accompagné de rituels de guérison.   La culture du spa est si peu ancrée, si peu encadrée,  que même la fréquentation des sources d’eau chaude ou de bains de boues se fait sans transformation commerciale des ressources en zones thermales (exception faite de l’Afrique du Sud).  La transmission orale de ces soins et des siècles de (for)matage colonial ont rendu ces pratiques tout à fait anecdotiques à l’aune de la mondialisation.

Faute d’écrits et d’iconographie séculaires, faute d’écoles à-même de transmettre des techniques de manière académique, faute de validation scientifique des bienfaits, les afro-techniques ont du mal à se faire connaître au niveau local et – à plus forte raison – à se développer au niveau international.

La tradition revisitée.

Toutefois, avec la mode de la choco-thérapie (soins à base de cacao), on a vu apparaître au début des années 2000 un nouveau massage évasion sous l’appellation générique de massage africain; chaque marque proposant derrière cette appellation des soins bien différents.

Nous avons, dans cette série d’articles, voulu vous en présenter 3 techniques intéressantes et singulières,  3 techniques portées par des afro-entrepreneures ayant à coeur de transmettre une part de leur culture de manière la plus authentique possible :

Nous découvrirons la technique, les produits utilisés et la storytelling qui accompagne le soin.  Car là-aussi, chacun des soins est habillé d’un marketing exotique africaniste regroupant les poncifs sur l’Afrique Noire et pour lesquelles je  vous renvoie non sans humour (noir) au texte corrosif  How To Write About Africa? de Binyavanga Wainaina.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s