Bien-Etre: les Africains ont-ils un gène du bonheur?

joie de vivre afrique

AYO. En yoruba (dialecte nigérian), cela signifie la JOIE.  La joie de vivre est notre capacité à nous réjouir sans condition d’être soi et d’être vivant.  C’est une énergie puissante qui nous pousse en avant et qui nous rend capable de faire face aux aléas de la vie et à la souffrance.  Elle est un sentiment de bien-être psychologique face à sa propre existence.  Et ce sentiment de bien-être est un des facteurs principaux de la santé physique et mentale.  Une porte d’entrée vers le bonheur.  Mais cette image d’Épinal d’une joie de vivre qui caractériserait les Africains a-t-elle une réelle base culturelle, voire une origine génétique ?

La joie de vivre, quoi qu’il arrive. 

Cela pourrait être un cliché aussi grand qu’un sourire, mais pas tant que ça.  La joie de vivre est un sentiment très présent en Afrique, même s’il n’est pas théorisé comme en Occident.  Et il y a des dizaines de raisons et d’attitudes qui font que les Africains ont une réelle joie de vivre, malgré la situation économique, sociale, sanitaire ou politique dans laquelle ils se trouvent.  Cela fera l’objet de prochains articles mais citons, notamment la force rassurante de la communauté où chacun se soucie de l’autre ;  un sens aigu de l’hospitalité et de la fête ;  le tout dans un fatalisme mâtiné d’optimisme.

Le gène du bonheur est isolé. 

En avril dernier, on pouvait lire que des scientifiques de l’Université libre d’Amsterdam avaient découvert le gène du « bonheur’ humain”   en isolants certaines parties du génome correspondant au bonheur …et à la dépression.  Ainsi, dans le système nerveux central se trouveraient les «allèles» (différentes versions d’un même gène) du bonheur. Elles se logeraient aussi dans les glandes surrénales et le système pancréatique.  Complétée par une étude sur l’environnement culturel des patients, l’étude, portant sur près de 300.000 personnes, pourrait à l’avenir expliquer génétiquement en quoi le bonheur est perçu différemment d’une personne ou d’une culture à l’autre.

 Dépression et suicide : l’Afrique aussi est touchée. 

Mais loin de cette image idéalisée d’une Afrique souriante, on assiste, en Afrique comme ailleurs, à des formes de dépressions de stades divers, allant jusqu’au suicide.  La prise en charge de la santé mentale n’est pas systématique en Afrique. Loin de là.

En prenant en compte le patient dans sa totalité, avec sa culture et ses croyances, les tradipraticiens et les guérisseurs pouvaient encore assurer la prise en charge de certains troubles liés à la dépression.   Mais la montée des problèmes liés à l’urbanisation et au mode de vie moderne provoque de profondes mutations socio-économiques et culturelles qui engendrent  isolement, stress, toxicomanies… S’y ajoutent les états de stress post-traumatique qui sont courants chez les victimes de catastrophes naturelles, de guerres, d’exil…  Et dans ces conditions, il faut une sacrée joie de vivre pour continuer à avancer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s