Découvrez le livre « Secrets de beauté d’Afrique »

cover secrets de beauté d'afrique

Vieillir sans une ride, sublimer son regard, mincir naturellement… Autant de secrets de beauté transmis de génération en génération par les femmes de tout le continent africain. Du Maghreb à l’Afrique Australe en passant par les îles de l’Océan Indien, l’Afrique regorge d’actifs naturels aux pouvoirs cosmétiques extraordinaires; et ce, pour tous les types de peau et toutes les carnations.

Cosmétopée: la science du végétal-beauté.

Basé sur la cosmétopée africaine, ce livre est un dictionnaire cosmétique accessible au grand public et dans lequel vous retrouverez une large sélection des huiles, beurres, extraits végétaux, huiles essentielles et autres rituels de beauté issus du territoire africain.

Pour chacun de termes, vous découvrirez de manière synthétique son origine, ses utilisations cosmétiques et ses propriétés organoleptiques.

Trois portes d’entrée vous sont offertes pour partir à la découverte de ces secrets de beauté.

1.Un classement alphabétique par ordre croissant.
2.Un classement par propriété cosmétique, par objectif.
3.Un classement par bassin géographique.

Grands classiques et petites pépites.

Redécouvrez les grands classiques (argan, karité, cacao…) et laissez-vous émerveiller par de jolis trésors (gingembre bleu, marula, poudre de qasil…).

Disponible dès à présent sur Kindle

Vous pouvez feuilleter gratuitement les premières pages et vous procurer ce ebook en 1 click dès à présent sur Kindle au prix de 9,99€.

Secrets de beauté d’Afrique: le cacao.

4.-cacao-1

Actuellement en pleine rédaction de l’e-book « Secrets de beauté d’Afrique », voici un actif que j’affectionne particulièrement: le cacao. Emblématique du continent africain, au delà de l’aspect gourmand, il a des propriété cosmétiques très intéressantes.

Cosmétopée africaine.

La biodiversité africaine a un potentiel énorme auquel la recherche fondamentale et la recherche appliquée du monde entier s’intéressent au plus haut point.  S’appuyant essentiellement sur l’étude approfondie des usages locaux, le but est d’isoler les molécules actives de ces médecines traditionnelles.

Si la pharmacopée se définit comme l’ouvrage encyclopédique recensant principalement des plantes à usage thérapeutique, la cosmétopée se veut l’outil qui réunit cette encyclopédie des plantes à usage cosmétique.  C’est sur la synthèse et la diffusion de cette extraordinaire richesse que je travaille actuellement.

De la fève à la choco-thérapie.

Le cacao est la poudre obtenue après broyage de l’amande des fèves de cacao  fermentées, produites par le cacaoyer.  Cette opération permet également d’extraire la graisse que l’on appelle beurre de cacao.

L’Afrique est le continent qui produit le plus de cacao.  Avec plus de deux millions de tonnes produites par an, la Côte d’Ivoire et le Ghana produisent près de la moitié du cacao mondial.  C’est donc un actif phare de l’Afrique.

Mis en valeur dans les soins cosmétiques lors de la grande mode de la « choco-thérapie » au début des années 2000, le cacao est riche en vitamines (A, B, C et E), sels minéraux (magnésium, potassium, fer), polyphénols, phospholipides…

Restructurant anti-âge.

Le beurre de cacao prévient le dessèchement et la déshydratation de la peau. Il nourrit et hydrate la peau pour la repulper et lui conférer douceur et éclat.  Ses actifs lui confèrent un fort pouvoir restructurant pour la peau, anti-âge, adoucissant, assouplissant: il est l’allié des peaux matures à tendance sèche.

Amincissant gourmand. 

La poudre de cacao contient aussi de la caféine, réputée pour participer à la lipolyse (déstocker les graisses), raffermir la peau et gommer l’aspect peau d’orange. C’est donc un actif tout à fait recommandé pour atténuer la cellulite.

 

 

 

 

 

12 faits que vous ignorez à propos de l’industrie cosmétique en Afrique.

cosmétique afrique

Bon, si vous êtes un fidèle lecteur de notre blog, vous en savez déjà pas mal sur le sujet 😉 Cet article est une traduction libre de l’excellent résumé de Peter Pedroncelli : “12 Things You Don’t Know About The Cosmetics Industry In Africa”.

Portée par la montée en puissance de la classe moyenne, l’industrie cosmétique émerge en Afrique, ce qui, par définition, offre de belles opportunités. Si les grandes marques se sont implantées progressivement sur ce marché, les entrepreneurs locaux et la diaspora africaine y développent des business qui sont, pour certaines, de véritables success stories. Un marché encore modeste mais dont la vitesse de croissance ne cesse d’accélérer.

1)      Une industrie qui vaut des milliards.

On estime le volume de l’industrie cosmétique sur le continent africain à globalement 460$ milliards. Et ce montant pourrait grimper à 675$ milliards en 2020. Avec une croissance exceptionnelle et continue attendue pour les années à venir

2)      Un marché émergeant grâce à la classe moyenne.

Les segments des classes sociales moyennes et supérieures grandissent, attirant les marques cosmétiques leaders du marché mondial. Ces 30 dernières années, le nombre de ménages faisant partie de la classe moyenne a tout bonnement triplé, boostant la demande pour les cosmétiques.

3)      Trois pourcents du marché global.

Le marché global est largement dominé par l’Asie (36%), l’Amérique du Nord (24%) et l’Europe de l’Ouest (20%). L’Afrique ne représente que 3% ! Mais trois petits pourcents qui en font une région à fort potentiel de croissance.

4)      Une cible pour les marques globales.

On attend du marché africain qu’il double dans les 10 années à venir, soit une progression de 5 à 10% de croissance annuelle pour les produits d’hygiène et de beauté. C’est pour ces raisons que les marques globales telles quel L’Oréal, Procter and Gamble ou Unilever s’intéressent de près à l’Afrique et mettent en place des stratégies pour pénétrer le marché et se positionner au mieux.

5)      Les marques globales sont déjà plus présentes que les marques locales.

Le paysage local est déjà, à ce jour, dominé par les géants que sont les groups Unilever, L’Oréal et Estée Lauder. Des marques qui investissent beaucoup et créent des divisions locales pour être massivement présentes.

6)      Les marques internationales implantent des centres de R&D.

L’Oréal a récemment ouvert son premier centre de recherche, développement et innovation en Afrique du Sud afin de développer des produits au plus proche des attentes des consommateurs locaux.

7)      Des success stories africaines.

De nombreuses marques africaines sont de réelles succès story à l’échelle du continent. Mieux, elles s’exportent à présent aussi à l’international. C’est le cas d’Africology, la marque de niche développée par Renchia Droganis qui composait ses cosmétiques dans sa cuisine et qui est à présent vendue à travers le monde, générant un chiffre d’affaires de $1 million par mois.

8)      S’adapter au marché avec des packaging plus petits.

Une des stratégies employée par les marques cosmétique opérant sur le continent africain est de réduire la taille des cosmétiques afin de pouvoir proposer des produits moins chers et donc accessibles à un plus grand nombre de clients.

9)      Des soins anti-âge différents.

C’est dans ces centres de recherche que l’on s’est rendu compte que la préoccupation “anti-âge” majeure des peaux foncées est l’uniformité du teint (atténuer l’hyperpigmentation et les taches foncées) bien avant l’effacement des rides.

10)   Les actifs africains au coeur des cosmétiques occidentaux.

Les actifs africains sont de plus en plus étudiés et de plus en plus nombreux dans la liste des actifs utilisés par les marques occidentales. L’efficacité et les bénéfices du beurre de karité, du rooibos, des huiles d’argan et de marula ne sont à présent plus à démontrer.

11)   L’Afrique du Sud et le Nigéria sont les plus gros marches.

Selon un rapport d’Euromonitor datant déjà de 2012, l’Afrique du Sud et le Nigéria sont les deux plus gros marchés africains pour les cosmétiques et produits d’hygiène. Le Kenya, le Ghana et l’Ethiopie sont les marchés les plus dynamiques ensuite. Loin devant l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale, dont la consommation se fait encore davantage avec les produits traditionnels locaux (et aux modes de distribution informels) qui échappent aux statistiques.

12)   Le climat comme challenge autant que comme opportunité.

La majeure partie de l’Afrique subit des températures extrêmement élevées et un taux d’humidité qui l’est tout autant. Cet aspect est naturellement à prendre en compte par les firmes lors de la conception des produits pour le marché africain. Le maquillage notamment (fond de teint, rouge à lèvre ou mascara), doit être plus résistant et les formulations, les galéniques et/ou les packagings doivent être adaptés.

 

© Photo:The SuzieBe   auty counter at Junction Shopping Mall in Nairobi. Photo: Sven Torfinn/International Herlad Tribune/nytimes

Traditions africaines chez The Body Shop.

spa-of-the-world

The Body Shop fut, en 1976, une marque pionnière pour son positionnement très engagé : refus des tests sur les animaux, encouragement du commerce équitable , préservation de l’environnement, refus d’utiliser des sur-emballages…  Une marque qui, contrairement aux apparences, est davantage éthique que réellement naturelle (elle fait actuellement partie du groupe L’Oréal).

Ce qui nous intéresse, c’est le fait que The Body Shop a, au fil des années, développé plusieurs gammes autour d’actifs africains.  Notons « Beurre de cacao », « Rose de l’Atlas », « Karité » ou encore « Huile d’Argan Sauvage ».  Le tout à des prix très abordables.

La gamme Spa Of The World est une gamme dans laquelle le positionnement wellness est très présent et où les traditions du continent africain sont très bien représentées.  Une sélection de produits relaxants et revitalisants dont le but est d’offrir une expérience exotique digne des protocoles d’instituts, à la maison.

 Bain Lait Et Miel D’Égypte Relaxant

Le bain à base de lait adoucissant et de miel est connu pour être un rituel de beauté utilisé par Cléopâtre au temps de l’Égypte ancienne. Dès que la poudre de lait (origine Egypte) au parfum crémeux est versée sous l’eau courante, une senteur relaxante en émane et fait voyager en une respiration. Pour un bain digne du rituel de beauté légendaire, versez cinq coupes sous une eau courante tiède et faites tourbillonner jusqu’à ce que la poudre soit dissoute.   Ce bain relaxant à la poudre de lait laisse la peau magnifiquement lisse, relaxe le corps et l’esprit.

 Gommage Corporel Lissant Au Ximenia D’Afrique

Ce gommage maison pour le corps exfolie la peau sans l’agresser pour la laisser lisse, douce, soyeuse et éclatante. Dans les zones de savane, l’arbre de Ximénia est aussi appelé “l’arbre de la vie” ou « arbre citron » en vertu des propriétés réparatrices et reconstructives de son huile réputée pour maintenir la fonction barrière de la peau et adoucir celle-ci.  Sur peau sèche, après une douche chaude. Exfoliez en mouvements circulaires des pieds jusqu’au haut du corps en passant par les jambes, légèrement sur le décolleté, le cou les épaules et les bras. Rincez à l’eau tiède.  La peau est magnifique !

 Masque Argile Raffermissant au Rhassoul du Maroc

Le rhassoul, une argile riche en minéraux qui est utilisée depuis longtemps par les marocaines, durci en séchant pour donner instantanément un aspect raffermi à la peau. Appliquez une fine couche de ce masque en argile, laissez sécher pendant 10 minutes et rincez à l’eau froide pour amplifier les effets raffermissants. Et la salle de bain devient un hammam marocain…

 

Sustainable sourcing for renewable raw materials.

argan sustainable LOréal

With the willingness of respecting the biodiversity, L’Oréal has developed a sustainable sourcing policy for renewable raw materials.  More than 50% of raw materials they use by are renewable. This represents around 1,400 ingredients from nearly 300 plant species sourced in over 80 countries.

Minimizing the impact of the industry. 

Depending on the geographic origin as well as on the mode of extraction or production of ingredients, some of these plant species may involve ecological (protective measures, impact of their suppliers’ activities on natural environments) or social (working conditions, fair wages, cultural issues) stakes.

They have developed, along with their suppliers, a continuous improvement mindset in order to take the actual impact of ingredients on the territories of origin into account. This has led them to make a full investigation of supply chains for the most sensitive ingredients such as shea butter, palm oil and its derivatives, as well as argan oil.

How to guarantee a sustainable sourcing ?

L’Oréal has developed a sustainable sourcing policy for renewable raw materials based on four principles:

  • Ensuring the traceability of raw materials, which means knowing the plant’s source and the country in which it is grown;
  • Ensuring that all stakeholders comply with social and environmental regulations;
  • Checking that the supply of these raw materials respects biodiversity and addresses sustainability issues in relevant areas, which includes producing a positive social impact on the lives of local people;
  • Having the entire approach verified by an independent third party.

Achievement.

In 2015, L’Oréal finalized the implementation of traceability campaigns for all suppliers, even though the significant number of steps involved in processing some materials can make supply chains highly complex and require a whole series of intermediaries.

100% of plant-sourced ingredients are currently tracked from their country of origin, or even the site of biomass production.

 

(c) Source L’Oréal Sharing Beauty With All

Argiles d’Afrique: couleurs et vertus.

argile afrique masque multimasking

(c) BlackBeautyBag.com

Blanche, rose, rouge, jaune, brune, verte, noire…  Depuis la nuit des temps, de manière universelle, l’homme utilise l’argile dans une optique médicale (préventive ou curative), esthétique (maquillage) ou plus symbolique (parure tribale ou camouflage guerrier) ; en bain, en cataplasme localisé et même en l’ingérant. On retrouve certains types d’argiles en Afrique.  Découvrons-les!

 Argile : la boue précieuse.

Depuis la nuit des temps, de manière universelle, l’homme utilise l’argile dans une optique médicale (préventive ou curative), esthétique (maquillage) ou plus symbolique (parure tribale ou camouflage guerrier) ; en bain, en cataplasme localisé et même en l’ingérant.

Issue de roches sédimentaires, l’argile est constituée de minuscules particules minérales (magnésie, silicate d’alumine…) qui, imbibées d’eau, forment de la boue, une pâte (argile) ou de la terre.  La nature des minéraux qui la composent lui donnent sa couleur verte, blanche, jaune, rose, rouge, brune ou noire.

Au-delà de sa couleur, l’argile possède surtout de nombreuses vertus :

  • antibactérienne, hémostatique et cicatrisante
  • sébo-régulatrice
  • anti-inflammatoire et calmante
  • reminéralisante

On retrouve plusieurs types d’argiles en Afrique.  En voici quelques exemples.

Afrique de l’Ouest : l’argile blanche, un peu, beaucoup …à la folie.

L’argile blanche (aussi appelée kaolin) était surtout utilisée dans l’industrie de la porcelaine, en Chine.   Mais ses vertus cosmétiques sont très intéressantes.  On en retrouve au Mali. Douce et reminéralisante, elle favorise l’élimination des toxines. C’est l’argile anti-grise mine par excellence qui donnera un coup d’éclat à votre visage.

En Afrique de l’Ouest, l’argile blanche est aussi préconisée par voie orale durant la grossesse pour calmer les douleurs digestives.  Appelée « kew » en wolof, cette argile pose toutefois problème.  En effet, sa consommation excessive et régulière induit de sérieux problèmes de santé.  La pierre empêche l’absorption du fer et provoque une anémie, il cause aussi des constipations sévères et provoque des blessures du rectum.

 L’argile rouge: secret des femmes Himbas du Kalahari. 

L’argile rouge est riche en oligo-éléments, elle donne un coup d’éclat au visage et illumine les teints ternes pour tous les types de peau.  Reconnue pour améliorer la circulation sanguine, elle est idéale contre les peaux couperosées et sujettes aux rougeurs.  C’est l’argile idéale pour donner un coup d’éclat aux peaux ternes et réactives.

C’est cet argile (poudre d’hématite), additionnée de graisse animale qui confère aux femmes Himbas de Namibie leur sublime couleur rouge.  Cet onguent leur permet surtout de se protéger de l’ardeur du soleil, de la sécheresse de l’air et des insectes.

 Rhassoul : l’argile « noire » d’Afrique du Nord.

Le rhassoul (ou rassoul, ghassoul), « la terre qui lave », est une argile qui absorbe les impuretés et le sébum. Il peut être utilisé comme shampooing ou encore faire office de savon. C’est un excellent purifiant pour les peaux grasses à tendance acnéique et il est préconisé dans l’inflammation cutanée. Il nettoie en douceur sans enlever le film protecteur de la peau ou du cheveu.  Variant de l’orange ou brun, on y additionne parfois du charbon végétal pour lui donner une couleur noire et encore plus profonde.

>>>  Nous vous invitons à lire l’article de Fatou N’diaye (notre photo) sur le blog Black Beauty Bag.  Elle passe au banc d’essai la nouvelle gamme Argile Pure de L’Oréal : des masques à l’argile verte, brune et noire.

Trésors d’Afrique : Aromazone élargit son offre d’actifs africains.

marula hibiscus

Pour les fans de cosmétique naturelle, d’actifs bios et ou équitables, d’actifs bruts et purs ou de recettes maisons : Aromazone est LA boutique en ligne.  Le site proposait déjà une large sélection d’extraits végétaux traditionnellement utilisés dans la pharmacopée africaine : beurres de karité, d’avocat, de cacao, de Kpangnan, huiles végétales d’abyssinie, de baobab, de melon d’eau du Kalahari, de Yangu, d’argan, extrait de Kigelia, fleurs d’hibiscus, huiles essentielles de myrrhe, encens oliban, hydrolat de fleur d’oranger, henné, rhassoul…  La gamme s’élargit avec 3 nouvelles huiles et 1 beurre.

Le puissant beurre de Kombo (Ghana) : apaisant.

Le Kombo, Pycnanthus angolenss, aussi connu en Afrique sous le nom d’ilomba, est un grand arbre de la famille des Myristicacées, qui pousse principalement dans les zones forestières d’Afrique tropicale, notamment au Sénégal, au Ghana, en Guinée, en Ouganda et jusqu’en Tanzanie. Cousin de la muscade, il est aussi surnommé « muscade africaine ». L’arbre peut faire jusqu’à 40 m de haut et 1 à 1.5 m de large, et produit de petits fruits rassemblés en grappes, et qui contiennent un noyau noir entouré d’un arille rouge, ressemblant au macis des noix de muscade.  C’est la pression de ces graines qui donne le beurre de Kombo, matière grasse semi-liquide, de couleur brune et d’odeur très aromatique. En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, ce beurre est très apprécié pour la fabrication de savon.

Le beurre de Kombo contient en forte proportion des acides gras rarement retrouvés dans le monde végétal, comme l’acide myristique et l’acide myristoléique, l’acide kombique, l’acide sargaquinoïque, le sargachromenol, l’acide sargahydroquinoïque, qui font l’objet de plusieurs études pour leurs propriétés pharmacologiques et cosmétiques, et notamment leurs effets antioxydants et anti-inflammatoires, contre les douleurs et les rhumatismes.  Ce beurre constitue ainsi est un actif végétal d’exception pour les peaux irritées et abîmées, mais aussi pour lutter contre le vieillissement cutané prématuré, revitaliser et raffermir les peaux matures, ou encore lutter contre la chute des cheveux.

L’huile magique de Touloucouna (Sénégal) : réparatrice.

Le Carapa procera, connu au Sénégal sous le nom de Touloucouna, est un grand arbre de la famille des Méliacées, cousin de l’Andiroba et du Neem. Il peut atteindre jusqu’à 30 m de haut et pousse en abondance en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, aussi bien dans les forêts humides que dans les savannes. Il a une grande importance culturelle et médicinale pour les populations locales, qui utilisent toutes les parties de la plante (écorce, feuille, résine, graines) pour divers usages, principalement médicinaux et magiques, mais aussi à des fins cosmétiques, ou encore pour la protection du bois contre les termites. Au sud du Sénégal, dans la région de Basse Casamance, l’huile est traditionnellement produite par la communauté Diola. Ce sont les femmes ménopausées uniquement qui s’occupent de collecter les graines de Touloucouna sur les arbres sauvages, puis d’en extraire l’huile à l’eau bouillante après avoir réduit les amandes en pâte.

L’huile obtenue est réputée pour calmer les douleurs musculaires et articulaires ou les rhumatismes et elle est utilisée pour traiter de nombreux problèmes de peau, notamment le psoriasis. Elle est également connue comme antiparasitaire et insectifuge. Elle est traditionnellement appliquée en friction ou massages, ou encore utilisée pour préparer du savon. Très riche en composés insaponifiables actifs, cette huile obtenue de manière artisanale traditionnelle se révèle être un allié précieux pour les peaux atopiques (psoriasis, eczéma) et les cuirs chevelus à problèmes. Décontracturante et anti-inflammatoire, elle sera également une excellente base de massage en cas de douleurs musculaires ou articulaires. Une huile véritablement magique !

Précieuse huile végétale d’hibiscus (Sénégal) : l’anti-âge.

Plante vivace de la famille des Malvacées, l’Hibiscus sabdariffa, également appelé « Oseille de Guinée », est originaire d’Afrique de l’Ouest et ses magnifiques fleurs pourpres, comestibles, sont très utilisées dans la cuisine traditionnelle locale, notamment pour préparer le Bissap (ou Carcadé), une infusion rouge et acidulée appréciée autant pour son goût que pour ses vertus médicinales. L’huile végétale d’Hibiscus est obtenue par pression à froid des graines de la plante. Au Sénégal, l’hibiscus est essentiellement une culture d’hivernage, les plantes sont cultivées en bordures de champs ou de villages, ou en plein champ en association avec d’autres plantes. Aucun pesticide n’est utilisé pour ces cultures. Après récolte, les graines sont pressées localement pour produire une huile végétale riche en acides gras essentiels (oméga-6) et antioxydants, particulièrement intéressante pour l’usage cosmétique.

Dotée d’une teneur inégalée en vitamine E,  environ 2 fois plus que l’huile végétale de Figue de Barbarie, déjà réputée pour sa richesse exceptionnelle en tocophérols, c’est une alliée de choix pour lutter contre le vieillissement cutané et les dommages oxydatifs liés aux radicaux libres. Sa richesse en phytostérols et en oméga-6 complète remarquablement cette composition et lui confère des propriétés régénérantes et adoucissantes. Facilement absorbée par la peau, elle est appréciée sur tous types de peaux et sera particulièrement intéressante pour les peaux sèches, déshydratées, ou sensibles.

L’huile d’Hibiscus est également intéressante dans les soins capillaires : elle nourrit, protège et gaine la fibre capillaire, redonnant ainsi force et brillance aux cheveux.

Miraculeuse huile de marula (Namibie) : la revitalisante.

Aussi surnommé « arbre-éléphant » car les éléphants raffolent de son fruit, le Marula, ou Sclerocarya birrea, est un arbre qui pousse au sud du continent africain et dans la partie sub-sahélienne de l’Afrique de l’Ouest. Il peut atteindre 7 à 18 m de haut et fût déclaré arbre protégé en Afrique du Sud en 1951, du fait de sa grande  importance à la fois alimentaire, commerciale, culturelle et médicinale dans cette zone, notamment chez les Bantus. Considéré comme un arbre multifonction par les populations locales,  il fait partie de nombreuses légendes et rites, et ses feuilles sont utilisées à diverses fins médicinales, tandis que ses fruits sont consommés tels quels, ou fermentés pour produire de la bière. Réputés pour leur richesse en vitamine C, ces fruits à la peau jaune et à la chair blanche sont également utilisés pour produire une liqueur répandue en Afrique australe.

Les fruits renferment un noyau particulièrement dur, d’où l’arbre tire d’ailleurs son nom botanique (skleros = dur, karya = noix), et qui contient les graines. Celles-ci sont consommées telles quelles ou utilisées pour produire l’huile de Marula, très prisée pour les soins de la peau et des cheveux. Le peuple Zulu l’utilise comme huile de massage, tandis que les Tsonga l’apprécient pourhydrater et nourrir la peau, ou encore pour embellir et protéger les cheveux secs et cassants. L’huile de Marula a une composition en acides gras intéressante pour nourrir la peau, maintenir sa souplesse et prévenir sa déshydratation, et sa richesse en composés antioxydants en fait un merveilleux soin anti-âge. Douce et facilement absorbée par la peau, elle est très agréable à l’application. Elle constitue également une excellente huile de massage et peut s’utiliser comme support pour l’aromathérapie.

 

  • Achat en ligne des produits, informations scientifiques et recettes maisons sur le site www.aromazone.com // (c) textes et photos Aromazone.

 

Comment en finir avec la peau sèche ?

peau sèche rêche noire foncée

Si au niveau du visage, les peaux foncées, en milieu tempéré, ont une tendance naturelle à être de nature mixte à grasse, on constate que, paradoxalement, la peau du corps est relativement sèche.  Comment cela s’explique-t-il et, surtout, comment soigner cette sécheresse cutanée pour retrouver une peau souple et douce ?

Caractéristiques d’une peau sèche.

Visuellement la peau sèche est rêche et rugueuse notamment au niveau des jambes, mais aussi sur la partie haute du corps.  Elle présente une desquamation irrégulière pouvant aller jusqu’à une hyperkératose qui lui confère un aspect terne, grisâtre voire écaillé.  Elle est généralement sensible au froid (tendance aux gerçures) ou à la sécheresse de l’air ambiant (tiraillement, démangeaisons), elle est également sujette à la déshydratation (voir plus bas) et à un vieillissement cutané prématuré (ride, perte d’élasticité).  Elle est particulièrement fragile.

Les origines biologiques.

Globalement, une peau sèche est une peau qui manque de lipides, au cœur de la peau mais aussi en surface.  Une peau sèche est caractérisée par une déficience chronique de la qualité du ciment intercellulaire du derme et de l’épiderme : céramides (50 %), stérols (25 %), acides gras libres (omégas) et lipides complexes.  En surface de la couche cornée, le sébum sécrété par les glandes sébacées (triglycérides et cires) s’écoule pour former un film protecteur (composante du film hydrolipidique) qui assouplit la peau, freine l’évaporation et possède une action bactéricide.

Spécificités des peaux foncées.

Génétiquement, les peaux foncées présentent plusieurs spécificités qui peuvent entraîner un phénomène de sécheresse cutanée.  Les laboratoires In’oya expliquent pourquoi.

  • Un faible taux de céramides : Cette faiblesse est due notamment à l’augmentation de la céramidase : enzyme spécifique de la dégradation des céramides.
  • Un nombre réduit de glandes sébacées. Les peaux noires ont généralement une pilosité corporelle moindre que les peaux caucasiennes (sauf sur les zones à pilosité hormonodépendante: moustache, menton, aisselles, pubis…).   Or, les glandes pilo-sébacées sont directement annexées au poil.  Moins de poils égal moins de sébum.
  • Les peaux foncées ont sont denses (elles présentent une forte cohésion des cellules et une quantité de protéines plus élevée ) et présentent une faible activité de la sérine protéase (enzyme  responsable du processus de desquamation) ce qui entraîne une peau épaisse et rugueuse.

Quand la dénutrition amplifie la déshydratation.

Un manque de nutrition (ciment intercellulaire, film hydrolipidique de surface) entraîne inéluctablement des pertes insensibles en eau (PIE) plus importantes.  En effet, les lipides, hydrophobes, repoussent en quelque sorte l’eau vers l’intérieur de la peau et l’empêchent de s’évaporer.

Le phénomène de sécheresse cutanée est donc intimement lié au taux d’hydratation de la peau.  Attention, il ne faut toutefois pas confondre une peau sèche (manque de lipides) et une peau déshydratée (manque d’eau).  Ce sont deux problématiques biologiquement très différentes même si, visuellement et au niveau du ressenti, elles se ressemblent.

Toutefois, en ce qui concerne l’hydratation, les peaux noires ont la même capacité d’hydratation que les peaux caucasiennes mais elles sont juste moins bien adaptées à un climat sec (Europe, Amérique du Nord).  Elles ont une prédisposition génétique à évoluer dans un milieu à fort taux d’hygrométrie allant jusque 100% d’humidité et sont naturellement mieux adaptées à un climat tropical  (comme aux Antilles ou en Afrique subsaharienne).

Entretien des peaux sèches. 

  • Exfolier en douceur. S’il faut retirer les cellules mortes qui ternissent la peau et la rendent rêche, il ne faut pas pour autant retirer tout le sébum de la surface de la peau.   L’idéal est donc d’effectuer de manière hebdomadaire un gommage doux (loofah végétal ou cosmétique) sur une peau sèche ou humide afin de retirer l’ensemble des cellules mortes.  >>> Résultat : une peau douce, lisse, prête à absorber efficacement les cosmétiques.
  • Nourrir de l’extérieur. Au quotidien – et obligatoirement après une exfoliation ! – appliquez sur les zones sèches une base végétale nourrissante issue d’une pharmacopée africaine traditionnelle riches en acides gras: beurre (karité, avocat, cacao…) ou huile (moringa, mongongo, dattier du désert, argan…).  N’oubliez pas de compléter votre routine de soin avec un produit hydratant qui apportera à votre peau toute l’eau nécessaire (glycérine végétale, aloe vera…).  >>> Résultat : une peau souple, satinée, éclatante de beauté.
  • Soigner de l’intérieur. Un régime inadapté, une alimentation carencée en vitamine A, en oligo-éléments et en acides gras essentiels sont également néfastes à la qualité de la peau. Au-delà des soins quotidiens, l’alimentation joue donc en effet un rôle majeur dans l’équilibre cutané.  Misez sur les huiles végétales, les fruits secs, les poissons gras…  >>> Résultat : une peau saine, forte, rééquilibrée.

 

(c) Visuel Biolisime.

Baobab: l’arbre magique beauté et santé.

baobab huile bouye

Arbre magique, arbre hôpital, arbre à palabres, du haut de ses 25m, le baobab est un arbre symbole de l’Afrique…  La légende veut qu’une divinité, sous le coup de la colère, en ait déraciné un et l’ait replanté à l’envers, d’où ses branches semblables à des racines, dépourvues de feuilles 9 mois sur l’année.  La tendresse de son écorce, spongieuse, son incroyable résistance aux sécheresses et sa longévité (plus de 1000 ans !) en font un arbre très singulier.  Omniprésent dans la pharmacopée traditionnelle africaine, on en utilise toutes les parties : les feuilles, l’écorce ou la pulpe du fruit, le fameux “pain de singe”.

Baobab: son huile rare et précieuse.

L’huile végétale issue des graines du baobab est une pure merveille cosmétique.  Cette huile rare est très précieuse car un arbre ne donne en moyenne qu’ 1 litre d’huile par an !  Son prix est donc relativement élevé : pas moins de 100€ le litre pour un produit de qualité.

L’huile de baobab est composée de près d’un tiers d’acides gras essentiels et en oligo-éléments.  Les qualités naturelles de cette huile d’exception sont nombreuses  pour les peaux tiraillées et sèches mais aussi pour le soin des cheveux secs, crépus ou abîmés.

  • Anti-âge : riche en anti-oxydants et anti-radicalaires, sa forte concentration en tocophérol (vitamine E) et en phytostérols maintient la membrane cellulaire en bonne santé et protège la peau du photo-vieillissement.
  • Cicatrisante:  elle favorise la régénération des tissus, elle soulage les brûlures dues au soleil.
  • Emolliente et adoucissante: elle offre un toucher doux à la peau.
  • Nourrissante et régénérante: elle redonne souplesse et prévient la peau du vieillissement cutané et des vergetures.
  • Apaisante: elle est très active sur les brûlures et coups de soleil.

 Baobab : le Super-Aliment.

On ne fait pas qu’appliquer l’huile de baobab de manière topique.  On ingère aussi ses bienfaits !  Très à la mode, les super-aliments sont des aliments dont les bienfaits nutritionnels et pour la santé sont nombreux.

  • La pulpe du fruit, appelée “pain de singe » possède des propriétés nutritionnelles exceptionnelles : 2 fois plus de calcium que le lait demi-écrémé / 2 fois plus de vitamine C que le jus d’orange / 4 fois plus d’énergie que la banane / 15 fois plus d’anti-oxydants qu’une pomme ! C’est un trésor de vitamines (A, C, B1, B2, B6 et PP), de minéraux (calcium, phosphore) et de plus de 10 acides aminés (L-proline pro-collagène notamment).   Son goût acidulé est utilisé pour la confection d’une boisson rafraîchissante appelée (jus de) ‘bouye’, véritable boisson fortifiante qui améliore la vitalité et la résistance.
  • La graine de baobab est riche en protéines 35,2g/100g (plus qu’un steak !) et en Vitamine B1- B2 et PP.
  • La feuille de baobab, elle aussi est intéressante. Riche en protéines et minéraux (calcium, potassium, magnésium, manganèse, phosphore, zinc), elle se consomme en bouillie ou déshydratée, en poudre.

 Baobab : la pharmacopée traditionnelle.

Au delà de la prévention et de l’entretien de la santé, le baobab a également de véritables actions curatives.  Et là encore, ce sont toutes les différentes parties du baobab qui sont utilisées en médecines traditionnelle, et donc, médecine ultra naturelle.

  • Les fruits ont des propriétés antidiarrhéiques.
  • Les feuilles ont des propriétés anti-paludiques, anti-inflammatoires, anti-allergiques,  expectorantes.
  • L’écorce est utilisée comme fébrifuge.

Ce sont les vertus incroyables de cet arbre mythique que j’utilise dans le Soin Signature Massage Congo.  Découvrez-le ici! 

 

L’Oréal : un nouveau centre de Recherche et Innovation pour créer les produits du futur destinés aux consommateurs africains.

L'Oréal centre recherche Johannesbourg

Présent à Johannesbourg depuis plus de 50 ans, L’Oréal a depuis longtemps fait de l’Afrique du Sud son centre névralgique pour l’Afrique Subsaharienne.  Départements en recherche et développement, production et distribution y sont regroupés pour rayonner dans toute l’Afrique, bonne élève en termes de marges de progression.

Une connaissance approfondie de la beauté africaine

L’Oréal accélère son développement en Afrique subsaharienne avec l’ouverture d’un nouveau centre de Recherche et Innovation en Afrique du Sud.  Ce centre de Recherche et Innovation est dédié aux spécificités de la peau et cheveu africains ainsi qu’aux rituels de beauté et attentes des consommateurs régionaux.

Ce centre sera le 7ème du Groupe dans le monde (après la France, les États-Unis, le Japon, la Chine, l’Inde et le Brésil).   En 2003 déjà, L’Oréal avait ouvert son Centre d’Evaluation à Jo’bourg, dont la mission était d’évaluer des produits pour peaux foncées et cheveux texturisés et d’approfondir la connaissance du consommateur africain (spécificités et attentes).  Ce département spécifique était précédemment basé à Clark dans le New Jersey (Etats-Unis).

Le Centre de Recherche et Innovation accueille des équipes de développement de produits, d’évaluation et de recherche avancée parmi lesquels des scientifiques spécialisés en chimie, ingénierie chimique, physiologie, cosmétologie et biochimie.  Le nouveau centre, qui comprend 20 salariés et collaborera avec l’environnement scientifique et professionnel de la région, notamment les universités, les dermatologues et les coiffeurs.

Pour évaluer les avantages techniques, fonctionnels et sensoriels des produits, les équipes suivent des protocoles stricts et utilisent au quotidien des instruments de pointe permettant d’observer la surface de la peau, ses spécificités ou encore de mesurer le taux de cassure des cheveux. Les domaines de recherche porteront sur l’uniformité du teint, le sébum, l’acné, la sécheresse, la maîtrise du cheveu, les cuirs chevelus sensibles et le dosage minutieux des parfums.

Innover pour le consommateur africain

« L’ouverture de ce centre est un moment historique pour la recherche du Groupe sur le continent africain. Elle illustre notre détermination à aller toujours plus loin dans l’innovation afin de répondre aux attentes du marché africain de la beauté. Les enquêtes que nous réalisons depuis 2010 auprès des consommateurs et les études menées sur la peau et le cheveu depuis les années 2000 forment la base de nos connaissances pour développer des produits sur-mesure pour les consommateurs africains. Nous avons commencé par le cheveu, et notre ambition porte également sur le maquillage, le corps, l’hygiène et la peau.», explique Laurent Attal, Vice-Président, Directeur Général Recherche et Innovation.

L’Oréal a déjà mis au point des innovations clés dans le domaine de la beauté pour les consommateurs africains. L’équipe dédiée aux African Beauty Brands a lancé la technologie « black oil » pour la coloration du cheveu, le défrisage sans danger et les routines d’uniformisation du teint. Les consommateurs subsahariens bénéficient déjà de produits spécifiques, comme des soins nourrissant pour cheveux et une gamme de maquillage parfaitement adaptée à la couleur de leur peau.

L’Afrique : une des meilleure zone de progression au monde. 

Le groupe L’Oréal est présent en Afrique du Sud depuis 1963 et emploie à présent plus de 500 collaborateurs.  La compagnie y compte une usine et 4 divisions (Consumer Products, Professional Products, L’Oréal Luxe and Active Cosmetics), qui gèrent 26 des marques du groupe dont  Mizani, Dark & Lovely et surtout Garnier qui sont exportées à travers toute l’Afrique.

L’Afrique subsaharienne – comme tous les marchés émergents-  est une région à forte croissance pour L’Oréal. Dans le puzzle planétaire, le continent noir devient un marché prometteur, même si l’Afrique ne représente encore qu’un faible volume de vente à l’échelle mondiale.   L’an dernier le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 727,9 millions d’euros dans la zone Afrique-Moyen Orient, en hausse de 12,1% à données comparables, et de 28,1% à données publiées, ce qui en faisait la zone géographique à plus forte croissance du groupe.

« L’Afrique subsaharienne est une des régions en forte croissance pour L’Oréal. Ce nouveau centre va nous permettre d’intensifier nos efforts pour créer les produits de beauté du futur destinés à nos consommateurs africains, tout en puisant notre inspiration dans les rituels de beauté et les besoins très variés de nos consommateurs de ce continent. », déclare Alexandre Popoff, Directeur Général Europe de l’Est et Afrique, Moyen-Orient.

(c) L’Oréal Beauty For All